06 47 29 76 05 ou 04 92 44 37 30

Légende de la flûte d’amour 

Une légende Sioux raconte…
« Un jeune chasseur, parti en forêt pour nourrir sa famille, entendit un son mélodieux et inconnu, trés beau et triste. Il voulu savoir  d’où venait ce son et se laissa guider par la mélodie, mais il ne découvrit rien…
Le lendemain, il retourna en forêt, dans ce même endroit où poussaient des cèdres rouges et où il avait entendu l’étrange musique.
Il rencontra le Pic-vert, qui était en train de creuser des trous dans une longue branche. Le jeune homme s’arrêta l’observer et le Pic prit son envol. Comme le soir tombait, le vent se mit à souffler, et la branche, percée par le bec pointu du Pic, se mit à chanter la même étrange mélodie entendue la veille…
Le jeune homme prit la branche et ramena sa trouvaille au village. Malgrès ses efforts, lorsqu’il voulu faire chanter sa branche, il n’y parvint pas et en fut malheureux. Il alla donc demander de l’aide au chaman, le sage du village, qui lui conseilla de partir en quête de vision…
C’est ce que fit le jeune homme. Il fit un rêve dans lequel lui apparut le Pic-vert, qui, prenant forme humaine, lui enseigna comment fabriquer sa propre « siyotanka » et comment en jouer. La siyotanka, aussi appelée flûte d’amour, était destinée à courtiser les femmes. C’est un instrument traditionnel typique des tribus d’Amérique du Nord, qui devait avoir un son apaisant et égaler la voix humaine…. Elle était fabriquée spécialement pour son interprète et souvent par lui même, ce qui donnait à chacune une sonorité unique.